• Panier 0

Rester créatif avec S.William

 

Notre première édition d'AW20 'An Ending' comprenait une collaboration de coupe-couture et d'impression avec le tatoueur S.William basé à Glasgow.

 

Nous l'avons récemment rencontré sur son procédé, l'art du tatouage et comment il passe du papier à l'encre. La capsule se compose de deux ensembles imprimés, de t-shirts et d'une manche longue. Le tout basé sur les thèmes du transhumanisme, dont nous discutons ci-dessous.

  

Lisez l'interview complète ci-dessous et donnez-lui un suivi ici.

 

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours dans la création d'images et le tatouage? Quand avez-vous décidé de devenir tatoueur?

Je ne pense pas avoir pris activement la décision de me déclarer comme quoi que ce soit ou de me dire que je voulais être ceci ou cela, c'est juste ce que j'ai su que j'aime faire. Mon frère était le vrai «dessinateur» quand nous étions enfants; tous ceux qui ont vu son travail l'ont félicité et il a un très bon œil. Je dirige une petite presse et crée des zines depuis que je suis adolescent. Dans le nord du Pays de Galles, il n'y avait pas de musées ou de galeries et même les bibliothèques avaient une palette d'art très limitée, donc la culture zine et la vente par correspondance étaient essentiellement mon monde aux premiers temps de la connexion, ils étaient super gentils et tactiles. Il n'y a pas de mystère pour arriver là où je suis et je ne réussis en aucun cas de manière standard, j'ai juste continué à faire ce que j'aime faire pendant le temps libre que j'avais et j'ai très lentement commencé à gagner ma vie. . Je me débrouille avec le tatouage, la conception graphique, l'édition et la vente de dessins et de peintures.

 

 

Comment allez-vous choisir les thèmes / points d'exploration?


 

Stylistiquement, ce n'est pas quelque chose que je décide trop activement. J'ai ce morceau auquel je reviens toujours, à savoir `` continuer à travailler '' et je laisse cela définir son propre rythme, ce qui est évidemment assez variable, mais j'ai arrêté de le combattre. Je laisse juste les choses aller dans la direction dans laquelle elles vont et les choses vont apparaître et m'exciter et c'est en quelque sorte, encore une fois, il n'y a pas de mystère, c'est juste que tu baisses la tête. Je ne montre probablement qu'environ 20% des choses que je fais, en particulier sur mon S William instagram, le reste est utilisé ailleurs. J'ai pas mal de pages, certains amis proches savent que c'est moi et j'en ai que c'est complètement secret que je suis derrière eux, ça me permet de garder beaucoup de variation dans ce que je fais.

 

 

 

Pouvez-vous nous parler du processus de réflexion et de la technique d'un tatouage?


 

Je m'intéresse aux bons contrastes et à la texture et c'est à peu près tout. Au moment où je fais le tatouage, je ne pense pas trop au contenu réel du tatouage que nous faisons, je suis plus intéressé à ce qu'il soit bien assis sur le corps et à ce que je considère comme un bon équilibre. J'aime qu'un tatouage réussisse selon ses propres termes plutôt que de savoir avec quel succès il a été copié à partir d'un morceau de papier, ce sont deux choses distinctes: le dessin et le tatouage. Dans le passé, je dessinais tout directement mais j'utilise un peu plus les pochoirs ces jours-ci, mais les dessins ont tendance à beaucoup changer une fois qu'ils sont sur la peau, je dessine à la main beaucoup d'éléments et je les change beaucoup avant de commencer . Je suis vraiment intéressé par ce que la personne qui se fait tatouer peut apporter; c'est bien dans le tatouage que vous ayez constamment des commentaires de personnes qui ne partagent pas vos idées sur votre travail et cela peut vous entraîner dans des directions inattendues, en fin de compte, ce n'est pas vraiment à propos de moi, c'est à propos de la personne qui doit porter le tatouage aussi longtemps ils vivent pour.

 

 

Aujourd'hui, de plus en plus d'artistes travaillent de plus en plus et, dans certains cas, entièrement numérique - la numérisation est-elle quelque chose que vous considérez avec votre travail?


 

Les gens devraient simplement travailler comme ils se sentent à l'aise. Je pense que cela entraverait beaucoup mon travail; C'est un cliché mais j'aime laisser les choses arriver naturellement et faire des erreurs, je regarde beaucoup en arrière sur ce que j'ai dessiné et je vois des choses plus tard que j'ai abandonnées à l'époque ou dont je n'avais pas trop pris conscience au départ. Je pense que pour moi, cela prendrait trop en charge le rythme, j'aime la tactilité et la présence et cela peut être particulièrement difficile à réaliser numériquement, après avoir dit que Jaakko Pallasvuo parvient à tout tisser à merveille. 
 



 

"Je suis intéressé par les bons contrastes et la texture et c'est à peu près tout. Au moment où je fais le tatouage, je ne pense pas trop au contenu réel du tatouage que nous faisons, je suis plus intéressé par le fait d'être assis. bien sur le corps et ce que je considère comme un bon équilibre. "

 


 

En quoi le fait d'être un tatoueur se distingue-t-il d'être simplement un «artiste» en général?

 

Je ne me suis jamais senti très à l'aise de m'appeler un `` tatoueur '', mais c'est probablement le choix le plus conscient que j'ai fait en termes de recherche de quelque chose d'assez spécifique. Les tatouages ​​sont attrayants pour moi parce qu'ils sont temporaires par rapport à la plupart des autres médiums et que le tatouage ne peut pas vraiment être institutionnalisé, tout ce qui l'entoure politiquement devient assez institutionnalisé, mais en termes de travail réel; il ne peut pas vraiment être archivé sans pas mal de complications, il n'y a pas tellement de collections ou d'archives permanentes et il n'existe pas au-delà de la génération sur laquelle il se trouve pour que nous puissions l'évaluer à long terme. Ils restent assis sur des corps pendant environ 50/60 ans et tout ce qui reste, c'est l'acte que cela s'est produit. C'est donc quelque chose que j'ai toujours considéré comme un acte très temporaire et je ne me sens pas à l'aise de dire que je suis tatoueur à cause de cela parce que je le vois comme faire quelque chose de très éphémère.

 

 

Des films préférés?


 

Je ne sais pas! Les deux films que j'ai le plus regardés sont «The Eel» et «The Fifth Element». Je ne regarde pas beaucoup la télévision mais j'adore les documentaires sur la nature et l'espace, l'univers est tellement beau et cool et des choses incroyables se produisent tout le temps.

 

 

Enfin, des artistes / designers que nous devrions connaître?


 

J'écoute beaucoup Beverly Genn-Copeland en ce moment, j'écoute la pièce radiophonique Under Milk Wood tout le temps mais Dylan Tomas est mort depuis longtemps.

 

 

 

Anglais