Livraison gratuite dans le monde entier pour les commandes supérieures à 200 £
  • Panier 0

Rester créatif avec Victor Geldof.

Cette semaine, nous discutons avec le gagnant de l'Art Comp 2021, Victor Geldof à propos de sa soumission Art Comp et découvrez comment il recontextualise l'histoire et ses nombreux thèmes à créer par instinct. Consultez l'interview complète ci-dessous. 

Pour voir plus du travail de Greg, assurez-vous de le suivre sur IG ici.  

Tout d'abord, félicitations pour avoir été l'un des gagnants d'Art Comp, un très bon travail, parlez-nous de vous - comment avez-vous commencé à créer des images ?

Je fais des images depuis aussi longtemps que je me souvienne. Comme la plupart des enfants, j'aimais dessiner et faire des collages et cela n'a pratiquement jamais disparu. Quand j'avais 15 ans, je suis allé à l'école d'art et j'ai récemment obtenu un master en design graphique. Instagram a toujours été un excellent moyen de montrer mon art et un excellent moyen d'explorer le monde de l'art en évolution rapide.

Des artistes ont-ils influencé votre travail ?

Mon artiste préféré de tous les temps est Peter Beard. C'était un photographe américain qui utilisait de nombreux médias différents pour exprimer son art. Ses journaux et ses collages m'ont beaucoup influencé. Il a dit un jour « J'aime les choses qui ne donnent pas l'impression que vous avez le contrôle » et j'ai à peu près la même vision. Je laisse souvent le hasard et la coïncidence prendre le dessus, ce qui laisse souvent place à des surprises intéressantes. Je crois que l'imperfection se transforme souvent en unicité.

Quels sont vos thèmes/points d'exploration préférés ?

L'histoire en général a toujours suscité mon intérêt. Notamment les cultures et mythologies anciennes, les hiéroglyphes égyptiens ou mayas, les récits des mythologies norvégienne et grecque, etc. L'histoire et l'art vont de pair, c'est donc naturellement que je me suis intéressé à l'art. Les peintures de la Renaissance, du Barok, de l'Art nouveau, de l'orientalisme ont une place particulière dans mon cœur. Ces dernières années, le symbolisme dans les peintures des maîtres anciens a attiré mon attention. Au cours de mon année de master, je me suis spécifiquement concentré sur le symbolisme et les allégories et j'ai conçu 2 livres autour de ce thème. J'aime explorer autant de thèmes différents que possible. Souvent par hasard. Quand je tombe sur quelque chose que j'aime, je serai complètement obsédé par ce thème pendant un moment. Jusqu'à ce que je tombe sur un autre thème intéressant et ainsi de suite.

Pouvez-vous nous parler de votre soumission à l'Art Comp de cette année ?

La base de ma soumission était une eau-forte de James Ensor. L'art de cet expressionniste et surréaliste belge, me marque depuis un certain temps déjà. L'eau-forte que j'ai utilisée « La Mort Poursuivant le Troupeau des Humains » (1896) montre la mort personnifiée en train de récolter littéralement la foule impuissante. Cette gravure est apparue dans un journal lors du premier confinement covid, une image très adaptée à la situation de l'époque. J'ai décidé de faire une soumission sur le thème de la mort/la peste, qui s'avère malheureusement très actuelle. L'enfer de Dante Alighieri s'intègre parfaitement dans ce thème et l'histoire a façonné notre façon de voir l'enfer et la mort. Nous savons aussi qu'Ensor a lu les histoires de Dante Alighieri, ce qui boucle la boucle.

 Votre pièce préférée ?

En 2019, j'ai conçu un tas d'affiches autour de l'obsolescence programmée pour un devoir scolaire. Le projet s'appelait « Dead Media Archaeology ». Avec ce projet, j'ai donné des critiques sur l'obsolescence programmée avec une grande variété d'affiches et trois publications. Vers les années 1960, un mouvement appelé « circuit bending » a émergé en Amérique. Les adeptes de ce mouvement ont démantelé les vieux jouets, mis fin à d'autres objets technologiques et en ont créé de nouveaux à partir de pièces. Ils voulaient
montrer que la technologie mérite une seconde vie et devrait être plus durable. Avec cet état d'esprit, j'ai commencé mon projet. J'ai collecté des images d'anciennes technologies médiatiques dans les archives officielles "Dead Media Archive". J'ai conçu des affiches minimalistes avec 3 à 4 technologies médiatiques mortes sur chaque affiche. J'ai ensuite fait une liste d'actions Photoshop, que j'ai ensuite placées dans un ordre aléatoire. J'ai fait passer mes affiches par ces nouveaux circuits pour créer de nouvelles affiches abstraites. 

Avez-vous essayé de nouvelles choses incommodantes ?

Depuis peu, j'ai commencé à expérimenter des logiciels 3D tels que Blender. C'est quelque chose avec lequel je voulais me familiariser depuis un moment maintenant, donc je suis content d'avoir enfin mis la main sur. Je crois que l'avenir réside dans la 3D, les effets visuels et surtout l'IA. C'est donc quelque chose dont je veux vraiment faire partie.

Un conseil pour les jeunes créatifs ?

Expérimentez avec autant de supports différents que possible. Ne craignez pas les choses que vous ne connaissez pas, cela ne fonctionnera peut-être pas, mais vous en aurez appris.

 Film / film préféré qui vous a le plus influencé?

Il y a tellement de bons films qu'il est vraiment difficile d'en choisir un préféré. S'il le faut, permettez-moi de mentionner Apocalypse Now (Francis Ford Coppola), Prisoners (Denis Villeneuve), The Shining (Stanley Kubrick) et Parasite (Bong Joon-ho).

Client de rêve / collaboration?

J'aimerais travailler pour l'industrie du cinéma en tant que graphiste. Ce serait incroyable si je pouvais faire partie du département artistique et concevoir des accessoires et des décors.

Enfin, des artistes / designers que nous devrions connaître?

Comme je l'ai déjà mentionné ci-dessus, Peter Beard vaut vraiment le détour ! Certains de mes artistes préférés sont :
Jonathan Castro
Dittmar Viane
Arthur Dufoor
Ryoji Ikeda

Bravo Victor !